Imprimer

La contraception

 

 

Le taux de recours à la contraception en France est l’un des plus élevé d’Europe et pourtant le nombre d’IVG est stable depuis 30 ans (environ 200 000 par an). Il est frappant de constater que 2/3 des IVG ont lieu chez les femmes utilisant une contraception et sont donc liées à un mauvais usage de cette contraception au quotidien.

Pourtant, l’offre contraceptive s’est diversifiée ces dernières années. Cette variété devrait permettre à chaque femme, chaque couple, de faire le choix d’une contraception adaptée à sa situation personnelle et affective.

- Les pharmaciens et infirmières scolaires des collèges et lycées sont là pour vous délivrer la contraception, vous informer et vous orienter. Ils délivrent également la contraception d’urgence.

- Les conseillères conjugales et familiales, présentes notamment au sein des centres de planification, sont là pour vous écouter, vous informer et vous aider en cas de besoin.

- Les médecins généralistes, les gynécologues, les sages-femmes sont là pour vous aider à choisir la contraception qui vous convient et vous la prescrire.

- Le planning familial assure des consultations de contraception ainsi que des actions de prévention portant sur la sexualité. Les mineures qui souhaitent garder le secret sur leur vie intime peuvent obtenir, gratuitement et sans autorisation de leurs parents, une consultation médicale, la prescription d’un moyen contraceptif, la contraception d’urgence, ainsi que les bilans et le suivi nécessaires. Toute personne sans couverture sociale personnelle peut aussi bénéficier de ces prestations gratuitement.

- Les établissements d’information, de consultation et de conseil conjugal peuvent vous informer et vous orienter sur des questions relatives à la sexualité, la fécondité, la contraception et la prévention des infections sexuellement transmissible et du VIH.

- Ministère de la santé : http://www.sante.gouv.fr/
- Fil santé jeunes : http://www.filsantejeunes.com/
téléphone : 0800 235 236 (ou 01 44 93 30 74)
- MFPF (Mouvement français pour le planning familial) : http://www.planning-familial.org/
- AFC (Association Française pour le contraception) : http://www.contraceptions.org/
- Protegetoi.org : http://www.protegetoi.org/
- Sida Info Service : 0 800 840 800. Appels anonymes et gratuits.

- infos des pages suivantes tirées de 'choisirsacontraception'

Pour obtenir des conseils et des informations :

Les plateformes téléphoniques régionales d'informations :
- Alsace : 03 88 32 28 28 le matin / 03 89 42 42 12 l'après midi
- Aquitaine : 0810 025 025 (n° Azur)
- Auvergne : 04 73 75 01 62
- Bourgogne : 03 80 29 52 23
- Bretagne : 0800 800 648 (n° Vert)
- Centre : 0800 881 904 (n° Vert)
- Champagne Ardenne : 0820 331 334 (n° Indigo)
- Corse : 04 95 50 54 18
- Franche-Comté : 03 81 81 48 55
- Ile-de-France : 01 47 00 18 66 et 0800 803 803 (n° Vert)
- Languedoc-Roussillon : 04 67 99 33 33
- Limousin : 0810 025 025 (n° Azur)
- Lorraine : 0810 122 128 (n° Azur) ou 03 87 69 04 77
- Midi-Pyrénées : 0800 80 10 70 (n° Azur) ou 05 61 77 50 77
- Nord-Pas-de-Calais : 03 20 15 49 32
- Basse-Normandie : 02 31 82 22 22
- Haute-Normandie : 02 35 73 74 88
- Pays-de-Loire : 0800 834 321 (n° Vert)
- Picardie : 03 22 72 22 14
- Poitou-Charentes : 05 49 44 46 46
- Provence-Alpes-côtes d'Azur : 0800 105 105 (n° Vert)
- Rhône-Alpes : 0810 810 714 (n° Azur)

 


Le préservatif

 

 


Le préservatif masculin est en latex ou en polyuréthane pour les cas d’allergie. Il est disponible en différentes épaisseurs, textures et tailles et est déroulé sur le sexe masculin en érection avant toute pénétration.

Le préservatif féminin est en plastique très fin, glissé à l’intérieur du vagin par l’utilisatrice, afin de recevoir le sexe masculin au moment de la pénétration.

Ils ne nécessitent pas de prescription médicale.

Il faut utiliser des préservatifs à la fois pour vous protéger des Infections Sexuellement Transmisibles et pour éviter une grossesse non souhaitée.
Il vaut mieux utiliser en même temps un autre moyen de contraception pour ne pas être enceinte au cas où un accident d’utilisation surviendrait (préservatif qui se déchire, qui est mal posé, oublié…)

*Leur mode d'action:

Les préservatifs masculins et féminins empêchent le passage des spermatozoïdes dans le vagin, et donc la fécondation.

S’ils sont correctement utilisés, les préservatifs sont efficaces si on les utilise pour TOUS les rapports sexuels, à TOUT moment du cycle, car il n’y a pas de période « sans risque ».
Le préservatif masculin ne doit pas être utilisé avec des lubrifiants gras qui les ramollissent et les fragilisent.

Le préservatif masculin peut craquer ou glisser (s’il est mal mis, si l’homme ne se retire pas juste après avoir éjaculé). Vous pouvez associer les préservatifs à un autre moyen de contraception (pilule, spermicides…)

*Leur efficacité:

Le préservatif masculin : c’est la meilleure des méthodes de contraception masculine : on en trouve partout, c’est une méthode facile d’accès.

Le préservatif féminin : il est très résistant, ne nécessite pas que l’homme se retire juste après avoir éjaculé, il peut être placé plusieurs heures avant le rapport si l’homme ne veut pas utiliser de préservatifs masculins.

Les deux types de préservatifs constituent la seule protection contre les infections sexuellement transmissibles.
Ils peuvent être utilisés seuls ou en complément de la pilule, DIU, implant...


*Contre-indications :

Il n'y a pas de contre indication à part l'allergie au latex. Mais il existe des préservatifs masculins/féminins en polyuréthane. Ils ne provoquent pas d’allergie.


La pilule

 

 

La contraception Hormonale, la pilule en général

Les pilules contiennent des hormones que fabriquent naturellement les ovaires.

Elle a une grande efficacités (supérieure à 99 %). Mais elle est compromise par les oublis (plus ou moins graves selon le type de pilule) et par l’interaction avec certains médicaments.

Il n'y a pas de pilule plus efficace l'une que l'autre lorsqu’elle est prise sans oubli. Les deux types de pilule sont d’efficacité identique, surtout à partir de 35 ans, lorsque la fécondité a un peu diminué.

Quelques différences entre pilules progestatives et pilules combinées ?

=> L’effet d’une pilule microprogestative ne dure que 27 heures. Il faut donc la prendre tous les jours. Comme elle ne supprime pas l’ovulation, les règles surviennent le plus souvent à la date attendue, malgré la prise de la pilule en continu.

=> Une pilule combinée, en revanche, supprime l’ovulation. De sorte que si elle la prenait en continu, l’utilisatrice n’aurait pas de règles. L’arrêt de la pilule combinée pendant 7 jours entre deux plaquettes provoque des saignements uniquement dus à cet arrêt. L’arrêt est de 7 jours parce que cela permet de commencer les plaquettes successives toujours le même jour de la semaine.

Et quand on prend la pilule pour la première fois?

La toute première fois, la prise de la pilule débute le 1er jour des règles. Il possible alors d'avoir des saignements en cours de plaquette.

Au bout de combien de temps est-elle efficace ?

- Une pilule combinée bloque l’ovulation au bout de 7 jours.
- Une pilule microprogestative est efficace au bout de 48 heures.
- Un traitement progestatif est efficace comme une pilule progestative au bout de 48 heures et supprime l’ovulation comme une pilule combinée au bout de 7 Jours.

La seule précaution à prendre est d’utiliser des préservatifs en cas de rapport sexuel pendant les 7 premiers jours de pilule.

Il est préférable de vous assurer, en faisant un test de grossesse que vous n’êtes pas enceinte au moment où vous commencez la pilule.

Il existe deux principaux types de pilules qui varient par le dosage en hormones ou le type de progestatif utilisé. On y trouve :

1)Les pilules combinées ou œstroprogestatives

*Leur mode d'action:

=>Blocage de l'ovulation

=>Modification de l'endomètre afin d'empêcher la nidation.

=>Modification de la glaire pour empêcher les spermatozoïdes de franchir le col de l'utérus.

*Leur efficacité:

Les pilules sont présentées en plaquettes de 21 comprimés. On prend sa pilule, tous les jours à heure fixe, pendant 21 jours et on arrête 7 jours pour avoir ses règles . En cas d’oubli de pilule supérieur à 12 h, on n’est plus protégée.
Il existe par ailleurs des plaquettes de 28 comprimés (24 comprimés actifs + 4 comprimés placebo ou 21 comprimés actifs + 7 comprimés placébo).

Sans oubli de prise et dans un bon emploi courant, cela reste une excellente contraception pour beaucoup de femmes, mais elles ne sont pas utilisables par toutes les femmes.

*Contre-indications :

Les principales sont les troubles cardio-vasculaires graves, les hépatites et certains cancers. Mais la pilule est aussi contre-indiquée pour...

-Celles qui ont souffert ou souffrent d’un accident vasculaire cérébral, d’angine de poitrine ou d’un infarctus du myocarde, d’une phlébite ou d’une embolie pulmonaire,d'une insuffisance rénale, ayant actuellement ou ayant eu un cancer du sein ou de l’utérus.
- Pour les femmes dont l'un des parents ou membre de sa famille souffre d’anomalies de la coagulation révélées à la prise de sang.
- Pour les femmes souffrant d’obésité importante, diabète grave ou de troubles lipidiques (cholestérol)
- Pour les femmes de plus de 35 ans qui fument (ou même celles qui fument plus de 15 cigarettes par jour quel que soit leur âge)
- Pour les femmes dont la tension est toujours supérieure à 160/95
- Pour les femmes souffrant de migraines intenses (+troubles visuels, paralysie d’une main ou du visage, etc.)
- Pour les femmes ayant une maladie grave du foie ou une tumeur du foie (bénigne ou maligne, ancienne ou évolutive)
- Pour les femmes ayant des saignements vaginaux d’origine inconnue.
- Pour les femmes qui allaitent.

2) Les pilules microprogestatives et les traitements progestatifs

*Leur mode d'action:

=>Elles ne bloquent pas systématiquement l’ovulation. Chez certaines femmes, ces pilules suppriment l’ovulation, et les utilisatrices n’ont alors pas de règles.

*Leur efficacité:

Leur principal effet est d’épaissir les sécrétions du col de l’utérus et d’empêcher le passage des spermatozoïdes. Pris 3 semaines par mois, elles suppriment l’ovulation comme les pilules combinées et rendent la glaire cervicale hostile aux spermatozoïdes et l’utérus inapte à recevoir l’œuf.

Les pilules progestatives doivent être prises 365 jours par an, à la même heure. Le retard de prise ne doit pas dépasser 3 heures.

*Contre-indications :

Ce type de pilule peut être utilisé sans danger par l’immense majorité des femmes, et tout particulièrement par celles qui ont des contre-indications aux pilules combinées.

Cependant si vous avez eu de l’acné, les pilules peuvent la « réveiller ». Elles peuvent aussi favoriser une prise de poids chez certaines femmes prédisposées. Elles entrainent souvent des troubles des règles (saignements entre les règles, règles irrégulières).

Les traitements progestatifs sont habituellement utilisés pour traiter certaines maladies (endométriose, règles hémorragiques, fibromes, troubles du cycle par manque de progestérone, troubles de la pré-ménopause).

=>Même fonctionnement que la pilule microprogestative.


Les DIU (Dispositifs Intra-Utérins ou stérilets)



Un DIU ou stérilet, est un dispositif contraceptif inséré dans l'utérus.

L’insertion d’un DIU est peu ou pas douloureuse. Les femmes n’ayant jamais eu de grossesse peuvent prendre des médicaments anti douleur 2 heures avant la pose.

Il existe:

-les DIU au cuivre ( il en existe 5) en plastique, portant un ou plusieurs manchons de cuivre. Plus la surface de cuivre est grande, plus le DIU est efficace, Le DIU est inséré dans l’utérus et est porté de 5 à 10 ans.

*Leur mode d'action:

Action toxique (car le cuivre est contraceptif : il rend les spermatozoïdes inactifs) sur les spermatozoïdes en les empêchant d'arriver aux trompes.

Action inflammatoire de la muqueuse utérine qui empêche la nidation de l'œuf.

*Leur efficacité:

Les DIU au cuivre sont efficaces dès le jour de leur insertion. Leur efficacité permet aussi de les utiliser comme contraception d’urgence. Les DIU au cuivre peuvent allonger les règles. Si vos règles sont courtes et peu abondantes, la différence sera imperceptible. Si vos règles sont déjà abondantes, utilisez plutôt un DIU hormonal.

*Contre-indications :

Les malformations de l'utérus, les maladies hémorragiques, un risque infectieux élevé, allergie au cuivre!


Les spermicides

 

 

 

 

Ce sont des crèmes, des ovules, éponges ou des gels à mettre dans le vagin avant l'acte sexuel. Ils inactivent ou détruisent les spermatozoïdes.

On peut les utiliser seuls ou en association avec une méthode « barrière » (préservatif masculin / féminin, diaphragme, cape cervicale)

Les spermicides sont discrets et peuvent être utilisés aussi quand le partenaire recourt aux préservatifs, ce qui en augmente l’efficacité. Ils peuvent servir de lubrifiant vaginal. Ils ne sont pas irritants pour la paroi du vagin, sauf s’ils sont utilisés plusieurs fois par jour.

Disponibles en pharmacie, ils s’achètent sans ordonnance. Si vous allaitez votre enfant, interrogez votre médecin ou pharmacien sur la compatibilité du spermicide choisi avec l’allaitement.

*Leur mode d'action :

Leur efficacité est très aléatoire (comme pour les préservatifs, le diaphragme ou la cape) leur efficacité dépend largement de l’usage qui en est fait.

Le moment de l’utilisation varie avec le type de spermicide :

l’éponge (qui s’insère comme un tampon) peut être mise en place plusieurs heures à l’avance. La durée d’action est variable : 24 heures environ.

les ovules pour être efficaces doivent fondre au fond du vagin, à la chaleur du corps... ce qui prend dix minutes. La durée d’action est variable : 60 minutes environ.

Les crèmes peuvent être utilisées juste avant le rapport sexuel... La durée d’action est variable : 8 heures environ.

Attention : Il ne faut pas pratiquer d’injection vaginale après le rapport, ni utiliser de savon pendant 6 à 8 heures, car tous les savons peuvent inactiver les spermicides.

*Leur efficacité :

Ils ne sont pas toujours faciles à utiliser et peu efficaces seuls. Ils doivent être associés à un préservatif, à un diaphragme ou à une cape cervicale.

Les spermicides ne protègent pas contre les infections sexuellement transmissibles. La seule protection en cas de rapport à risque est le préservatif.

De plus les spermicides sont couteux.

*Contre-indications :

Ils ne doivent pas être utilisés par les femmes qui souffrent d’Infections Sexuellement Transmissibles, de mycose vaginale, d’infections urinaires à répétition, ou qui ont une lésion du col de l’utérus (découverte par un frottis de dépistage).

En effet, les spermicides peuvent être inactivés par les médicaments administrés par voie vaginale comme les ovules ou crèmes pour traiter les mycoses, par exemple.

*Pour qui ?

Les femmes qui viennent d’accoucher et allaitent (certains spermicides ne passent pas dans le lait)

Les femmes de plus de quarante-cinq ans ayant des rapports occasionnels, car leur fécondité est faible (mais pas nulle) !

Les couples stables en complément ou à la place des préservatifs.

Les femmes utilisant un diaphragme ou une cape cervicale doivent utiliser des spermicides en plus.

Et aussi en complément des méthodes naturelles : retrait, abstinence périodique, etc.

Pour les couples qui désirent seulement espacer les naissances.(En cas d’échec de la méthode, les spermicides ne sont pas nocifs pour une grossesse.)


Le diaphragme et la cape cervicale

 

 

 

Le diaphragme est un disque souple en latex ou en silicone bombé en coupole entouré d'un anneau spiralé. (La cape cervicale a une forme plus bombée).

Une fois introduit dans le vagin, il se déploie en demi-sphère et vient recouvrir le col de l'utérus. On l'enduit de spermicide.

Leur manipulation à tous les deux est un peu délicate. Avant d’acheter un diaphragme ou une cape, il faut déterminer la taille nécessaire (variable selon la femme) avec l’aide d’un professionnel.

Ni le diaphragme ni la cape ne protège contre les IST.

Le diaphragme et la cape sont peu couteux (puisqu’ils peuvent être réutilisés), mais les spermicides (d’utilisation obligatoire) coutent cher.

On les trouve en pharmacie.

*Leur mode d'action :

Tous les deux sont des protections qui se glissent dans le vagin, au contact du col de l’utérus, pour empêcher le passage des spermatozoïdes vers l’intérieur de l’utérus.

Ils peuvent être posés au moment du rapport sexuel mais aussi jusqu’à deux heures avant le rapport sexuel. Ils doivent être utilisés en association avec les spermicides pour une meilleure efficacité. Ils peuvent être réutilisés plusieurs fois, doivent être laissés en place pendant 8 heures après le rapport sexuel et retirés au plus tard dans les 24 heures qui suivent le rapport.

*Leur efficacité :

Diaphragme => entre 80 et 94% d’efficacité
Cape cervicale => entre 80 et 91% d’efficacité chez les femmes n’ayant pas eu d’enfant

=> seulement 60% à 75% d’efficacité chez les femmes ayant déjà au moins un enfant (la cape « couvre » moins bien le col de l’utérus).

Les principales causes d’échec sont : le manque d’habitude, les erreurs de manipulation, la non utilisation à certains moments du cycle... Il n’y a pas de période « sans risque »

L'avantage est qu'ils peuvent être mis en place à l’avance et sont réutilisables.

*Contre-indications :

Aux femmes pour lesquelles une grossesse ferait courir un risque grave (maladie cardiaque, par exemple) : la protection n’est pas suffisante.
Aux femmes souffrant d’infections urinaires à répétition ou ayant une « descente d’organes » ( prolapsus) à la suite de grossesses nombreuses.
Aux couples qui désirent une contraception aussi fiable que possible.
Les capes cervicales sont déconseillées aux femmes ayant déjà eu plusieurs enfants.
Aux très jeunes femmes à qui ils paraîtront trop contraignants et pour lesquelles ils constituent une contraception insuffisante.
Aux femmes qui sont mal à l’aise avec une contraception vaginale.


L'anneau vaginal

L’anneau vaginal est un anneau flexible en plastique poreux qui contient des hormones comme une pilule.
On l’insère au fond du vagin et à la chaleur du corps, ces hormones passent dans la circulation sanguine en traversant la paroi vaginale.
Il est parfois gênant pendant les rapports sexuels.

*Son mode d'action :

L’anneau doit être inséré le plus profondément possible dans le vagin, comme si c’était un tampon, mais sa position n’a pas d’importance en soi. Ce qui importe, c’est qu’il tienne, et que vous ne le sentiez pas. On le garde pendant trois semaines et à la fin on enlève l’anneau. Pendant la quatrième semaine, des règles apparaissent. Puis on en remet un autre.

Pendant les 7 premiers jours, lors de sa première utilisation, il faut utiliser en plus une méthode barrière (comme des préservatifs) pour éviter les risques de grossesse non prévue.

=>3 semaines avec anneau
=>1 semaine sans anneau

Il peut être utilisé par toute femmes de moins de 40 ans, pouvant utiliser la pilule. Il peut convenir aux femmes qui veulent une contraception plus simple. Il peut aussi être utilisé temporairement par une femme qui désire partir en voyage pendant quelques semaines sans devoir penser à sa pilule tous les jours.

Il est délivré en pharmacie sur ordonnance du médecin. Il n’est pas remboursé.

*Son efficacité :

Tout comme une pilule, avec une sécurité supplémentaire : on le porte toujours sur soi, sans avoir à y penser, pendant trois semaines.
Attention aux erreurs d’utilisation.
Il peut être expulsé (après un rapport sexuel, par exemple). S’il est expulsé, vous devez le remettre en place. En revanche, s’il est expulsé depuis plus de 3 heures, vous devez prendre les mêmes précautions qu’après un oubli de pilule supérieur à 12h. (préservatif)
Comme pour la pilule, c’est surtout le fait d’oublier de le remettre après la semaine d’arrêt qui fait courir le risque d’une grossesse.

*Contre-indications :

Il peut provoquer les mêmes effets secondaires que la pilule : nausées, gonflement douloureux des seins, saignements, etc. Il ne peut pas être utilisé par les femmes à qui la pilule est contre indiquée.


L'implant

 

 

L’implant sous cutané est un petit bâtonnet cylindrique (en plastique, de 4 cm de long et 2 mm de diamètre comme la taille d’une allumette) qui délivre en continu dans la circulation sanguine le même type de substance que les pilules progestatives.

Un médecin insère l’implant sous la peau du bras au moyen d’une aiguille spéciale. Vous masserez l'endroit avant la pose avec une crème anesthésique pour que l’insertion se fasse sans douleur.

Une fois en place, l’implant est invisible et indolore. Il est efficace pendant 3 ans. Mais peut être retiré plus tôt si vous le désirez. Le jour où vous voudrez le faire enlever, le médecin anesthésiera de nouveau la peau, avant de pratiquer une incision minuscule et de retirer l’implant avec une pince.

L’implant est délivré en pharmacie, sur ordonnance d’un médecin. Il est remboursé à 65% par l’assurance maladie.

*Son mode d'action :

L’implant contraceptif est efficace à 99 %. Les effets de l’implant peuvent être diminués par certains médicaments qui inactivent aussi les pilules.

Si vous ne redoutez ni prise de poids ni acné, et si vous avez moins de 40 ans, vous pouvez, comme la majorité des femmes, utiliser un implant.

*Son utilisation :

L’implant est facile et rapide à poser, discret à porter, et facile et rapide à retirer. Si vous le désirez vous pouvez en insérer un nouveau à la place de celui qui vient d'être retiré. Une visite chez le médecin est nécessaire 3 mois après la pose.

*Son efficacité :

Elle est bonne et n'est pas liée à une prise ou à une utilisation régulière.

*Contre-indications :

-Les femmes qui sont en surpoids et celles qui ont pris beaucoup de poids (+ de 15 kilos) pendant une précédente grossesse sont les plus susceptibles de prendre du poids avec un implant. De plus, si vous pesez plus de 80 kilos, il vous est conseillé de changer l’implant plus tôt (au bout de 24 à 30 mois, et non 3 ans).
-Certaines femmes peuvent avoir de l’acné avec un implant. (Mais l’utilisation d’un implant n’empêche pas de faire traiter l’acné de manière efficace.)
-Certaines femmes ont des modifications du cycle (plus de règles, régulières ou moins fréquentes que d’habitude, plus courtes ou plus plongues...)
L’implant est contre indiqué dans les mêmes cas que pour la pilule.


Le Patch contraceptif

 


 

 

*Son mode d'action :

Le patch est un timbre qui se colle sur la peau et qui contient la même chose qu'une pilule. Les hormones pénètrent en continu dans le sang à travers la peau.

Il n’est pas remboursé et on le trouve en pharmacie, sur ordonnance du médecin.

*Son utilisation :

Il y a plusieurs endroits possible pour l'application. L'abdomen, le bras (face antérieure) les fesses et le torse (partie supérieure).

Ne pas appliquer sur les seins.

Utiliser 1 patch par semaine pendant 3 semaines. Vous êtes protégée pendant les 4 semaines (les trois semaines avec patch et la semaine sans). Les patchs sont vendus par boite de 3 (il s’agit d’une contraception pour quatre semaines).

=> 3 semaines avec patch
=> 1 semaine sans patch

Les règles surviennent pendant la semaine sans patch.

Il peut être utilisé par toutes femmes de moins de 45 ans, pouvant utiliser la pilule. Il peut convenir aux femmes qui veulent une contraception plus simple. Il peut aussi être utilisé temporairement par une femme qui désire partir en voyage pendant quelques semaines sans devoir penser à sa pilule tous les jours.

*Son efficacité :

Tout autant qu'une pilule, avec une sécurité en plus : il est plus facile de se rappeler de mettre un patch par semaine (on le voit sur soi...) que de prendre une pilule tous les soirs.

Il s’agit d’un moyen de contraception efficace, pratique pour celles qui ont tendance à oublier leur pilule. Il est plutôt discret.

Les effets indésirables sont les mêmes qu’avec une pilule : nausées, gonflement douloureux des seins, saignements, migraines, etc.

*Contre-indications :

Il comporte les mêmes contre indications que les pilules combinées.

Le patch peut être visible par votre partenaire ou lorsque vous vous rendez à la piscine ou à la mer, par exemple.

Attention aux erreurs d'utilisation : Il peut se décoller sans que vous ne vous en rendiez compte. On peut le refixer ou en mettre un autre.

Un décollement de patch de plus de 24 h, nécessite de prendre les mêmes précautions que pour un oubli de pilule supérieur à 12h = préservatif !!


Les progestatifs injectables

 

Un progestatif de synthèse est injecté par piqure dans la fesse tous les trois mois. Pendant 12 semaines, le produit assure une contraception constante.

*Leur mode d'action :

Les progestatifs injectables sont très efficaces, mais ils peuvent avoir les mêmes effets indésirables que l’implant ( prise de poids, troubles des règles). Or, une fois injectés, il n’est plus possible de les retirer, il faut attendre que leurs effets cessent.

Leur principal effet secondaire, l’irrégularité du cycle et peut-être un arrêt des règles ou des règles irrégulières.

*Leur efficacité :

Lorsque les intervalles d’injection sont respectés, il y a très peu d'échecs. Cette efficacité augmente avec l’âge de l’utilisatrice mais peut-être diminuée par certains médicaments.

*Contre-indications :

Comparée aux autres méthodes, elle n’est ni aussi pratique, ni aussi confortable. Elle peut cependant être adoptée par les femmes qui ne peuvent pas utiliser d’autre méthode contraceptive.

La méthode des injections de progestatifs est contre-indiquée dans les mêmes cas que la pilule combinée (obésité, diabète, hypertension artérielle, règles abondantes...)

Par ailleurs, ces progestatifs réduisent le taux normal des œstrogènes (hormones féminines naturelles) et ainsi provoquent une diminution de la densité minérale osseuse => d’où un risque d’ostéoporose. Ce type de contraception n’est donc pas recommandé :

- chez les adolescentes et les jeunes adultes qui constituent leur capital osseux.

- chez les femmes présentant des facteurs de risque d’ostéoporose (par exemple abus d’alcool et/ou de tabac, antécédent familial...)


Les méthodes naturelles

 

On qualifie de « naturelles » toutes les méthodes qui visent à identifier la période de l’ovulation de manière à éviter d’avoir des rapports sexuels fécondants à ce moment-là.

Tout le monde peut utiliser les méthodes naturelles, parce qu’elles ne sont ni invasives, ni dangereuses pour la santé.

Ces méthodes vont des plus simples aux plus sophistiquées.

Méthode "Ogino":

Elle consiste, pour une femme dont le cycle est régulier, à éviter les rapport sexuels non protégés pendant les jours « fertiles » qui précèdent ou suivent l’ovulation.
Malheureusement, l’ovulation est imprévisible et peut se produire à n’importe quel moment, même chez les femmes dont le cycle est "régulier".

Méthode des "températures" :

La température habituelle de la femme s’élève de 36,7 à 37,1° C (par exemple) au moment de l’ovulation. Comme l’ovocyte vit seulement vingt-quatre heures, les rapports sexuels non protégés qui ont lieu plus de trois jours après l’élévation de température ne peuvent, en principe, pas entrainer de grossesse.

Mais l’ovulation peut avoir lieu n’importe quand. Et si l’on a eu un rapport sexuel les jours qui précédent l’ovulation, les spermatozoïdes qui vivent jusqu’à 5-7 jours dans l’appareil génital de la femme, peuvent féconder l’ovocyte.
Pour déterminer la date de l’ovulation, il faut prendre sa température tous les matins à la même heure, au lit, avant de se lever... Et un simple rhume peut faire monter la température.

Méthode de "Billings" :

A l’approche de l’ovulation, les sécrétions du col de l’utérus soit la « glaire cervicale » se modifient ; elles deviennent plus abondantes, plus fluides et provoquent un écoulement vaginal ou 'pertes blanches', 'blanc d'œuf'.

Mais beaucoup de choses peuvent modifier la glaire et sa consistance : le désir sexuel, le sperme, les infections vaginales… La méthode nécessite d’examiner la glaire avec ses doigts.

Méthode du système "Persona" :

Avec un mini lecteur informatisé, on mesure la quantité d’hormones fabriquées par les ovaires au moyen d’une bandelette plongée dans les urines du matin. Le lecteur indique si la journée est « sûre » (lumière verte) ou « à risque » (lumière rouge), c’est-à-dire proche d’une ovulation.

Le système Persona est en vente en pharmacie, sur le site Internet du fabriquant et en grande surface. Il est couteux et ne convient pas à la contraception des adolescentes.

Méthode du "retrait" :

L’homme se retire du vagin de sa partenaire avant d’avoir éjaculé afin qu'il ne puisse pas y avoir de grossesse, car les spermatozoïdes ne peuvent pas entrer dans l’utérus.

Il faut de la part de l’homme, une excellente connaissance des signes du moment de l’éjaculation (qui est réflexe, donc impossible à contrôler…)

Cette méthode est gratuite. Utilisable quand on n’a aucune autre méthode à disposition. Le retrait vaut mieux que rien du tout.

Méthode "mama" :

C'est la méthode de l'allaitement et de l'aménorrhée.

Cette méthode est utilisable pendant les 6 premiers mois après la naissance ou au moins jusqu’au retour de couches. Toutefois, cette méthode est très contraignante : elle suppose pour être efficace, un allaitement exclusif, à la demande, jour et nuit et l’absence de règles.

La succion du sein par le bébé envoie un signal au cerveau de la mère qui stimule la lactation grâce à la prolactine. Or, celle-ci supprime l’ovulation et empêche les grossesses.

Après un accouchement, l’allaitement est donc une contraception très efficace, sous trois conditions :

1) le nourrisson doit être exclusivement nourri au sein jusqu’à cinq ou six fois par jour (la prise d’un biberon doit rester exceptionnelle : si la fréquence de la succion diminue, une ovulation peut se produire)

2) le nourrisson doit avoir moins de six mois ; au-delà de six mois, allaitement ou pas, une nouvelle ovulation peut se produire.

3) la femme ne doit pas avoir eu de règles depuis l’accouchement. L’apparition de règles traduit, en effet, la reprise des ovulations.
Lorsque ces trois conditions sont remplies, l’effet contraceptif de l’allaitement est de 98 %.

Beaucoup de femmes désirent donner le sein, mais ne peuvent pas assurer un allaitement au sein exclusif pendant plusieurs mois. L’allaitement est compatible avec plusieurs méthodes sans danger pour la mère et l’enfant pendant l’allaitement : préservatif, pilule microprogestative (à partir de la 3ème semaine), implant (sous condition, à partir de la 4ème semaine après l’accouchement) , DIU (« stérilet ») (dans les 48H ou à partir de 4 semaines après l’accouchement). Ces méthodes permettent d’allaiter le bébé pendant le temps que l’on désire sans risque de se retrouver enceinte pendant l’allaitement, ou au moment du sevrage.

*Leur mode d'action :

Les méthodes sans appareillage sont gratuites et ne nécessitent aucun matériel (sauf Persona)

Toutes les méthodes naturelles peuvent être associées aux méthodes « barrière » (préservatifs, diaphragme, capes, spermicides).

*Leur efficacité :

Leur efficacité est très variable, selon le couple, la femme, le mode de vie de chacun, etc. Même lorsque la femme connait bien son corps et pense qu’elle connait la date de son ovulation les méthodes naturelles sont très imprécises et peu fiables, car l’ovulation peut être avancée ou reculée par toutes sortes d’évènements, à commencer par les émotions !

*Contre-indications :

Une méthode naturelle peut être parfaitement satisfaisante pour espacer les grossesses si le couple peut se passer de rapports sexuels avec pénétration pendant plusieurs jours. Et si le couple est prêt à accepter une grossesse, même si elle n’était pas prévue car ces méthodes sont peu fiables.


La contraception d'urgence


 

C'est une méthode de rattrapage qui doit rester exceptionnelle après un rapport sexuel à risque, en cas d’oubli de pilule, de rupture de préservatif. Elle se présente sous forme d’un comprimé le plus souvent (mais il peut aussi s'agir de l’insertion d’un DIU au cuivre, quel que soit le moment du cycle et avec un délai de pose possible jusqu’à 5 jours après la date estimée d’ovulation. Le DIU est d’ailleurs considéré comme la méthode la plus efficace en cas de rapport non ou mal protégé).

La pilule est en vente libre et délivrée gratuitement aux mineures. Elle peut être vendue à toutes les femmes en pharmacie, sans prescription médicale. Elle est remboursée par l‘assurance maladie lorsqu’elle est prescrite par un médecin.

La contraception hormonale d’urgence peut être utilisée sans danger par les femmes de tout âge.

*Son mode d'action :

Ce médicament ( dose unique d'un progestatif) agirait en bloquant temporairement ou en retardant l’ovulation suffisamment pour que les spermatozoïdes ne puissent provoquer une grossesse et modifie l'endométre de façon a ce qu'il ne puisse pas acceuillir un éventuel oeuf.

*Son efficacité :

Il faut prendre le comprimé le plus tôt possible car son efficacité diminue avec le temps. Il est possible de le prendre jusqu’à 72 heures (3 jours) après un rapport sexuel non ou mal protégé.

- 95% d’efficacité en cas d’utilisation dans les 24h.
- 85% d’efficacité en cas d’utilisation entre 24 et 48h.
- 58% d’efficacité quand elle est utilisée entre 49 et 72h après le rapport sexuel non protégé.

*Contre-indications :

La contraception hormonale d’urgence ne protège que du rapport qui vient d’avoir lieu. Il n’est pas dangereux de l’utiliser plusieurs fois à quelques jours ou semaines d’intervalle, mais son efficacité n’est plus garantie quand elle est utilisée à répétition. Elle peut retarder l’apparition des règles, provoquer des saignements, des nausées.