Home Accouchement
Accouchement
PDF Imprimer E-mail
Index de l'article
Accouchement
Se préparer à l'accouchement
positions qui facilite l'accouchement
Positions pour faciliter la naissance
Les contractions
stade de l'accouchement
déclenchement
supporter la douleur durant l'accouchement
l'arrivée de bébé
L’épisiotomie
La césarienne
la délivrance
Toutes les pages



7) les différents moyens de supporter la douleur durant l'accouchement:


- « La relaxations » : techniques de respiration, mobilité, support de son partenaire, massage, confiance en son propre corps (voir point n°1 au début)

- « Le masque à oxygène » C’est un mélange de gaz et d’oxygène que l’on respire à travers un masque. On l’utilise quand on veut. Mais de préférence au tout début de chaque contraction car il met environ 15 sec avant d’agir. Il n’y a pas d’effets secondaires connus mais il peut éventuellement étourdir un peu.


- « La réflexothérapie lombaire » on injecte 3cm3 d’eau distillée mélangée à un anesthésique local dans la région lombaire sans pénétrer dans le muscle. L’effet dure environ 1 H et on peut bien sûr renouveler l’injection. C’est recommandé chez les femmes qui accouchent « par les reins » et permet de supporter considérablement les douleurs. C’est paraît-il efficace mais malheureusement c’est très peu utilisé par manque d’information. Renseignez-vous auprès de votre maternité

- « Bain et douche » cela peut apaiser au début du travail

- « Accouchement dans l’eau » Beaucoup de femmes trouvent cela très relaxant et apaisant. Si le travail progresse normalement on peut même accoucher dans l’eau . Cela dépend des maternités... Il est toutefois conseillé de ne pas rester pendant tout le travail dans l'eau sous peine de le ralentir. Il vaut mieux entrer dans l'eau à partir de dilatation 5

- « la péridurale », cela supprime complètement les douleurs (sauf quelques cas où la répartition du produit ne s’est pas faite correctement et l’effet se ressent uniquement sur la moitié du corps) mais si la douleur revient, on peut réinjecter le produit. C’est apprécié par beaucoup de femmes surtout lorsque le travail dure longtemps et qu’il est insupportable.
Il existe des « péridurales déambulatoires ». Dans ce cas le produit anesthésique administré est différent afin que les jambes puissent bouger.

La méthode :

On désinfecte la zone.

Une piqûre est réalisée pour l'anesthésie locale. Puis, la maman fait le dos rond, pour ouvrir l'espace entre ses vertèbres et faciliter le passage de l'aiguille.

Puis l'anesthésiste retire l'aiguille et laisse en place un fin cathéter.

Le cathéter est fixé par des sparadraps pour ne plus qu'il bouge.

 

Coupe montrant l'emplacement de l'aiguille dans l'espace péridural

1. Moelle épinière

2. Dure-mère

3. Ligament inter-épineux

4. Anesthésique dans l'espace péridural

5. Ligament sus-épineux

 

Concernant les inconvénients de la péridurale :

1) Les jambes sont souvent très lourdes et il est parfois impossible de trouver une position confortable.

2) Il est souvent impossible d’uriner, pour cette raison cela exige souvent la pose d’un cathéter dans l’urètre

3) Pour maintenir une bonne pression sanguine on pose aussi une sonde sur le bras

4) Pour contrôler le rythme cardiaque du bébé et le rythme des contractions il faut être en permanence reliée au monitoring, cela suppose avoir une ceinture abdominale avec des clips. Comme vous ne sentez rien, c’est la sage-femme qui contrôle tout à votre place. Parfois les contractions diminuent et pour les relancer on injecte un produit comme l'ocytocine.

Souvent il y a des difficultés pour pousser et la progression est beaucoup plus lente. D'où un recours possible aux forceps ou spatules.

5) Parfois il y a des effets secondaires liés directement ou indirectement à la péridurale : tachycardie, tremblements, mal de tête, mais aussi baisse du rythme cardiaque.


Voici quelques autres méthodes alternatives :
- Acupuncture
- Aromathérapie
- Homéopathie
- Hypnose
- Massage
- Réflexologie

 



 
Feminin

Bicolor template supported by Naturalife Greenworld