Home Chansons, poèmes
Chansons, Poémes...
PDF Imprimer E-mail
Index de l'article
Chansons, Poémes...
La mère et l'enfant
Vole
J'ai battu ma fille
Le plus fort, c'est mon père
J't'ai pas entendu
Ceux que l'on met au monde
Ma chouette
Une mère
Au revoir
La lettre
Repenti
Le carnet a Spirale
Y'a qu'les filles
A toi
Marie-Jeanne
Cadeau
Je voudrais tant que tu comprennes
La maman de ma maman
Prendre une enfant par la main
Jonathan
Sauver l'amour
Aimer est plus fort que d'être aimé
Géant de papier
Quand tu m'aimes
Aimer
Avoir une fille
Enfants
Toutes les pages

 

Louise
Gérard Berliner
Clip

Mais qui a soulagé sa peine

Porté son bois porté les seaux

Offert une écharpe de laine

Le jour de la foire aux chevaux

Et qui a pris soin de son âme

Et l'a bercée dedans son lit

Qui l'a traitée comme une femme

Au moins une fois dans sa vie

Le bois que portait Louise

C'est le Bon Dieu qui le portait

Le froid dont souffrait Louise

C'est le Bon Dieu qui le souffrait

C'n'était qu'un homme des équipes

Du chantier des chemins de fer

À l'heure laissée aux domestiques

Elle le rejoignait près des barrières

Me voudras-tu moi qui sais coudre

Signer mon nom et puis compter,

L'homme à sa taille sur la route

Passait son bras, la promenait

L'amour qui tenait Louise

C'est le Bon Dieu qui le tenait

Le regard bleu sur Louise

C'est le Bon Dieu qui l'éclairait

Ils sont partis vaille que vaille

Mourir quatre ans dans les tranchées.

Et l'on raconte leurs batailles

Dans le salon après le thé

Les lettres qu'attendait Louise

C'est le Bon Dieu qui les portait

La guerre qui séparait Louise

C'est le Bon Dieu qui la voyait

Un soir d'hiver sous la charpente

Dans son lit cage elle a tué

L'amour tout au fond de son ventre

Par une aiguille à tricoter

Si je vous garde Louise en place

C'est en cuisine pas devant moi

Ma fille prie très fort pour que s'efface

Ce que l'curé m'a appris là

Et la honte que cachait Louise

C'est le Bon Dieu qui l'a cachée

Le soldat qu'attendait Louise

C'est le Bon Dieu qui l'a vu tomber

Y a cinquante ans c'était en France

Dans un village de l'Allier

On n'accordait pas d'importance

A une servante sans fiancé

Le deuil qu'a porté Louise

C'est le Bon Dieu qui l'a porté

La vie qu'a travaillée Louise

C'est le Bon Dieu qui l'a aidée

 

 



 
Feminin

Bicolor template supported by Naturalife Greenworld